ArabicEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanishTurkish
06/11/2022 Les commentaires sont éteints admin

L'OIDEA préside l'acte de la Journée internationale de la dyslexie à l'ONU

Au Siège des Nations Unies, l'UNESCO s'est jointe aux missions permanentes de Slovaquie , Espagne , Ghana , Inde , Chypre et la République Dominicaine à l'ONU, ainsi qu'à UNICEF , disfam y OIDEA , dans l'organisation d'un événement rencontre intitulé « United for Dyslexia. Le débat visait à accroître la sensibilisation et la reconnaissance de la dyslexie et appelait à un plus grand soutien des États membres pour proclamer le 8 octobre journée internationale de la dyslexie par l'Assemblée générale de l'ONU.

Dyslexie , un trouble des apprentissages avec difficulté à lire, touche plus de 10% de la population mondiale et risque de provoquer analphabétisme et exclusion sociale s'il n'est pas traité correctement. L'UNESCO a confirmé l'appel à l'action pour créer des environnements et des opportunités égaux et inclusifs afin d'améliorer l'inclusion des élèves dyslexiques dans l'éducation et la société. 

Eliot Minchenberg, directeur du Bureau de l'UNESCO à New York et représentant de l'UNESCO auprès de l'ONU, a appelé à une attention sérieuse et à des efforts ciblés pour assurer l'inclusion à tous les niveaux des personnes ayant des différences d'apprentissage, y compris la dyslexie, la dysgraphie, la dyscalculie et la dyspraxie. Il a souligné que les systèmes éducatifs à taille unique sont un obstacle majeur empêchant les étudiants dyslexiques de réussir leurs études et leur carrière, appelant ainsi à une transformation de la philosophie et de la pratique de l'éducation en responsabilisant les enseignants et en intégrant les technologies pertinentes. 

Se référant aux approches et aux solutions de l'UNESCO, il a souligné le rôle de pionnier de l'UNESCO dans la promotion de l'éducation inclusive, qui est cruciale pour promouvoir une approche ciblée pour les élèves en difficulté. Il a également rappelé le Sommet sur la transformation de l'éducation en septembre qui a déclenché un mouvement mondial qui a souligné la nécessité de construire des écoles inclusives, sûres et saines.. Promouvoir une action efficace nécessite de mobiliser de multiples acteurs, y compris les communautés, les enseignants, les parents, les secteurs concernés, les acteurs non gouvernementaux, etc., pour travailler ensemble pour transformer les environnements éducatifs qui favorisent l'apprentissage de diverses manières. À cet égard, il a souligné que l'UNESCO s'efforçait également d'améliorer les capacités nationales pour réformer les systèmes éducatifs, renforcer les cadres juridiques et politiques et favoriser les partenariats. Enfin, il a appelé à une collaboration renouvelée pour exploiter le potentiel de «l'esprit dyslexique» afin de favoriser le progrès scientifique et culturel de l'humanité.

A cette occasion, le Représentant permanent de la République slovaque auprès des Nations Unies, SE l'Ambassadeur Michal Mlynar, a appelé la communauté mondiale à maximiser les efforts pour éliminer les obstacles à l'éducation des enfants et des jeunes dyslexiques. Son potentiel à offrir des points de vue distinctifs pour comprendre le monde a également été souligné par SE l'Ambassadeur Agustin Santos Marave, Représentant permanent de l'Espagne auprès de l'ONU. 

Dans son message vidéo, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a souligné l'engagement de l'Union à autonomiser les personnes atteintes de dyslexie par le biais de l'éducation et de la recherche, soulignant l'adoption de "Les chemins de la réussite scolaire", qui comprend les meilleures pratiques pour rendre le classe plus inclusive. D'autres interventions comprenaient des commentaires de représentants de l'UNICEF, de DISFAM et d'OIDEA, ainsi que des histoires personnelles partagées par les défenseurs de la dyslexie Georgia Ryan, Jeremy McKane et Dylan Douglas.

regarder l'événement c'est par ici ! .